Microplastiques dans la Méditerranée

A Rocha s’implique de manière active pour aborder le problème de la pollution plastique dans la mer Méditerranée en reposant sur la théologie, l’éducation à l’environnement et des études scientifiques, depuis notre centre des Courmettes. 

La pollution plastique dans l’océan a été récemment au cœur de l’attention médiatique, et il était temps ! Maintenant que le problème est bien connu, des ONG, le grand public et nos dirigeants politiques font des efforts pour réduire l’impact du plastique sur la faune et la flore marines. En France, les sacs plastiques de moins de 10 litres et d’une épaisseur de moins de 50 microns ont été interdits, et en 2020 ce sera le tour de tous les couverts jetables en plastique. Ces mesures vont dans le bon sens.

pellet_in_sample

Granulé plastique préindustriel © Aline Porteous

Pourtant, le plastique qui est déjà arrivé et qui arrive encore dans l’environnement marin ne disparaît pas. Avec le temps, il se décompose en petits fragments qui sont nocifs pour un grand nombre d’organismes. De plus, des microplastiques (d’une taille inférieure à 5 mm) peuvent directement entrer dans l’environnement marin avec cette petite taille : les petits granulés plastiques qui servent de matériel de base pour la production du plastique et les petites billes ajoutées à l’eau pour le polissage des machines industrielles sont deux exemples. Dans un environnement plus familier, on trouve des microbilles dans de nombreux produits cosmétiques (exfoliants pour le visage, etc.) et même dans les dentifrices ! Ces composants ne sont pas éliminés entièrement par les procédés de traitement des eaux usées (selon certaines estimations, plus de la moitié des microbilles contenues dans les produits cosmétiques ne sont pas retenues par le système de traitement des eaux !) et sont ainsi déversés dans les cours d’eau et les océans. Plus d’informations.

A Rocha contribue aux efforts de recherche sur les microplastiques et à la diffusion des informations au public ; quel est le problème, quel en est sa cause et que peut-on faire pour le résoudre ? Nos activités se portent sur une mesure régulière des particules de plastique présentes dans les sédiments des plages. Des échantillons de sable sont collectés quatre fois par ans en Camargue et les composants plastiques séparés du sable et analysés. Leurs tailles et poids sont relevés et leurs formes catégorisées. Les échantillons sont ensuite transmis à d’autres équipes de recherche dans le monde en vue d’une analyse plus approfondie, par exemple des organismes vivants sur les particules et des différents types de plastique présents. Ce travail permet de mieux cerner les sources de pollution par les microplastiques en Méditerranée, ainsi que d’éclaircir le sort des matières plastiques après leur entrée dans la mer et de quelle façon elles se dégradent au fil du temps. Ceci permet en retour d’identifier des solutions plus efficaces pour réduire l’apport de microplastiques dans la mer Méditerranée.

Souhaitez-vous apporter votre aide?

Rejoignez nos chercheurs sur le terrain pour recueillir des échantillons et aider à les traiter, dans le confort du centre d’A Rocha France, “les Tourades”, en Provence. En savoir plus

sampling_in_camargue

Échantillonnage sur la plage © Aquarela Imagens